jump to navigation

Touche pas à mon paquet ! septembre 27, 2006

Posted by jmplanche in Attention danger !, Chronique, NTIC, Opérateurs.
trackback

Enfin me disais-je, à la lecture de l’article « Internet à deux vitesses » dans le SVM MAC de Septembre 2006.

Enfin, un vrai sujet, un enjeu majeur venait à l’oeil du grand public et enfin allait-on pouvoir débattre publiquement d’un point essentiel pour moi qui touche à l’avenir de l’Internet lui-même.

Las … le fond du problème n’est pas du tout abordé et même pire, à partir d’informations parcellaires, l’auteur arrive à une conclusion qui va exactement à l’encontre du problème soulevé.

Je cite « les internautes gagneraient donc à ce que les FAI soient officiellement autorisés à superviser le type de débit offert à leurs utilisateurs et donc à hiérarchiser les paquets IP ».

Le mot est lâché … autorisons les FAI à hiérarchiser les paquets IP … mais … mais … Monsieur l’auteur, je suis heureux de vous apprendre que c’est déjà possible et pas du tout réprimé par la loi, fort heureusement.
Et même mieux… c’est déjà ce qu’ils font. En effet, si vous avez un accès ADSL chez vous, les paquets IP de votre télévision sont déjà « priorisés » par rapport aux paquets IP « Internet ».

Alors pourquoi ce courroux ? « what’s the matter » comme le disent nos cousins ?


Et bien le problème est bien plus grave que cela. En fait, le parlement américain et plus précisément la chambre des représentants a tout simplement autorisé une mesure HISTORIQUE qui met un fin à la neutralité de l’Internet, neutralité promulguée depuis le début de la création d’Internet et complètement inscrite dans ses gènes.

Mince ! me direz-vous …. et c’est grave docteur ?

Et bien oui, tout simplement sous la pression des opérateurs de télécoms américains, la chambre des représentants a voté à la majorité, un texte qui permettra (entre autre et au conditionnel) de facturer un droit de passage sur leurs réseaux, un peu à la tête du client :

En fonction du débit consommé (un peu trop de DailyMotion … paf les doigts)
En fonction des services utilisés (un peu trop de Google … pif la note !)

Et si Google, Yahoo ou les autres veulent éviter d’être « mis à l’amende » et potentiellement filtrés … et bien des accords commerciaux devront être trouvés.
C’est d’ailleurs bien l’esprit économique de ce Web 2.0 qui nous inonde … si tu ne peux pas faire payer le client, fait payer … la publicité. (cela me rappel quelque chose çà …)

A la limite ce modèle est gagnant / gagnant pour l’internaute lorsque c’est Google qui paye youTube pour que la fête continue … mais lorsqu’il faudra que Google passe à la caisse pour que vous puissiez utiliser ces services, je redoute les dérapages et la mise en place laborieuse d’une politique de non agression.

Et je ne parle même pas de la solution technique « énormissime » qu’il faudrait mettre en œuvre. Nos pauvres routeurs devront s’interroger à chaque paquet pour savoir s’ils doivent laisser passer l’information, un peu, beaucoup, pas du tout, en fonction de règles pseudo économique dépendant de la source et de la destination …
Cela va faire du travail sur les processeurs … Déjà que les ACL consommaient pas mal de ressources, là, je pense qu’il va falloir revenir à des débits se comptant en Kbps et plus en Gbps. Je ne dis pas que ce soit infaisable, je dis que c’est tout simplement ridicule et gage de non qualité de service. (il y a déjà une quarantaine de façon de faire de la QoS dans un routeur, par exemple Cisco … alors ici, on touche au loufoque fini. Pour exemple, vous imaginez la modélisation du paquet de Madame Michu qui a pris l’abonnement Google + Yahoo avec la vidéo, mais sans YouTube sur le port 80 ☺)

Les dommages collatéraux risquent d’être énormes :

d’un coté Google pourra penser, avec sa base installée, que jamais personne n’osera le filtrer. C’est sûrement vrai, mais il existe un risque. Bien sûr, je ne pense pas qu’un opérateur de télécom et par ricochet un FAI puisse annoncer un jour, venez chez moi, vous ne pourrez pas utiliser les services de Google, Yahoo et les autres. Par contre nos amis des télécoms sont suffisamment inventifs pour imaginer des systèmes à plusieurs vitesse qui peuvent énormément gêner les développements de nouveaux usages de l’Internet, voir certains acteurs en place. Cela ne durera qu’un temps … le feront-ils tout de suite, un peu après, pas du tout ? En tous les cas, je suis presque certain qu’ils n’auront pas la lisibilité du futur et la mémoire des erreurs passées pour ne pas essayer de le faire. Certains le feront, cela profitera à ceux qui ne le feront pas et ils arrêteront jusqu’aux prochaines grandes manœuvres.

mais pire encore car, même si les grands de l’Internet « contenu » (1.0) devront payer … ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer à me lamenter sur leur sort et j’expliquerais dans un prochain billet pourquoi (il sera question de hold-up de ma vie numérique). Qu’en sera t’il des services des Internautes eux mêmes ? Faudra t’il qu’ils payent un sur-abonnement pour ne pas être pénalisés et que leur paquets IP ne passent à la trappe ou ne restent sur le quai de la gare en regardant désespérément passer les trains gorgés des paquets des autres, les nantis ? Déjà qu’avec le coup de l’upstream ou vitesse asynchrone, nous étions quelque peu dans l’expectative … (les débits pour aller chez vous sont beaucoup plus lents que ceux dont vous disposez pour aller chez les autres, comme si vous n’aviez rien à dire ou du moins pas le potentiel de le faire)

Bref, camarades, citoyens, internautes ou tout simplement gens de bon sens, la situation est grave et nécessite, avant une mobilisation, une attention de chaque instant.
Ce problème n’est pas un problème technique et le passage à la fibre ne permettra pas de le résoudre car nous touchons au porte-monnaie ou au « manque à gagner » d’acteurs qui veulent aussi une part du gâteau. Nous pouvons laisser s’entre-déchirer les opérateurs et les fournisseurs de contenu, mais je crains que se ne soit au détriment des utilisateurs. Un peu, comme il y a quelques années, quand Free a fait un bras de fer contre France-Télécom pour le forcer à « inter-opérer » sur des bases économiquement saines.

Que pouvons nous faire ?
Peut-être déjà demander à notre fournisseur s’il compte un jour utiliser des technologies de contention sans en avertir au préalable ses utilisateurs … mais je ne suis pas dupe, nous sommes dans le débat d’idée et le pauvre Internaute n’a que peu de chance de gagner ce combat.
Mais si tous les acteurs de la chaîne Internet voyaient une masse significative s’insurger contre des pratiques d’une autre époque (taxe sur le sel, la gabelle …), peut être que cela éviterait de perdre du temps dans la mise en place d’une mesure plus nuisible qu’utile et assurément, in finé, plus coûteuse qu’économe.

Une piste de fond serait de demander et exiger un réseau « électriquement neutre », comme le font de nombreux pays, (cf le réseau académique de la recherche au Canada : Ca*Net.

Je cite l’article de la Fing (www.fing.org) : Les Canadiens ne croient pas à la disponibilité 99,99% poussée par les opérateurs de télécoms ni dans leurs concepts de qualité de service (et des technologies très / trop utilisées comme MPLS) et préfèrent opter pour la simplicité, la transparence et gérer les conflits et les arbitrages au niveau IP et pas forcément en mode boite noire, dans le réseau.

Pour mémoire, pour Canarie qui finance le réseau national CA*Net, « le rapport entre le coût d’un réseau simplet et celui d’un réseau sophistiqué est de 1 à 100 et même 1 à 1000 si on prend en compte le niveau d’expertise nécessaire et les coûts de support et d’opération …
Le Canada propose de remplacer la sophistication par l’abondance de bande passante disponible dans les nouvelles fibres optiques ».

En un mot : VIVE LA FIBRE … mais électriquement neutre le plus loin possible et en un mot comme en cent https://i1.wp.com/theoutsider.hautetfort.com/images/medium_logo-main.gif… pardon, à mon paquet !

Publicités

Commentaires»

1. Daniel Ichbiah - octobre 9, 2006

Jean Michel,

Mon article concernait avant tout les services à la BitTorrent qui à eux seuls monopolisent un bon tiers sinon davantage du trafic Internet.

Je le disais explicitement dans mon papier pour SVM Mac:

« Il existe une famille d’applications peer-to-peer communément appelée les « torrents » du fait que le principal logiciel du lot est BitTorrent qui monopoliserait à elle seule 30% du trafic global d’Internet. Comment cela est-il possible ?
La particularité de BitTorrent consiste à découper un fichier en plusieurs morceaux et à les transférer en parallèle. Pour ce faire, il met à contribution les ordinateurs d’un grand nombre d’internautes qui publient des listes de fichiers disponibles. Ainsi, lorsqu’un utilisateur désire télécharger une copie du film « Matrix » (indépendamment des aspects de piratage et de légalité), BitTorrent en puise des parties sur plusieurs dizaines d’ordinateurs et télécharge donc le tout en un temps record. Hélas, une telle application engendre un gigantesque trafic, à tel point que certains fournisseurs d’accès tenteraient de limiter la circulation de tels paquets. De fait, c’est l’ensemble des abonnés qui pâtit de l’usage de tels logiciels puisque la bande passante globale est réduite d’autant. Les législateurs américains se demandent s’il ne faudrait pas établir une hiérarchie des paquets IP qui serait telle que, par exemple, le trafic de BitTorrent serait pénalisé pour ne plus représenter que 5% du débit global.
Le débat suscite pourtant une grande controverse car au départ, Internet est né selon le principe que « tous les paquets étaient égaux entre eux. » Si l’on autorise la limitation de certains paquets IP, pourrait-on se retrouver dans une situation où certains services deviendraient demain inaccessibles ? La situation s’est produite en 2005 lorsque le FAI américain Vonage a tenté de bloquer le trafic vocal sur IP — ce fournisseur a alors été condamné à une amende.
À l’heure où Internet voit ses usages englober couramment des applications telles que la télévision et la téléphone en plus du Web et de l’Email, il semble pourtant nécessaire de reconsidérer aujourd’hui l’usage des paquets IP. Il est clair que certains tentent d’abuser du caractère ouvert à tous d’Internet et que la communauté qui en pâtit. Le spam est le meilleur exemple du genre (…)

Amicalement,

Daniel Ichbiah

2. jmplanche - octobre 9, 2006

>Si l’on autorise la limitation de certains paquets IP, pourrait-on se
>retrouver dans une situation où certains services deviendraient demain
>inaccessibles ?
et la réponse est clairement oui.
Oui Vonage l’a fait et ils ont été défaits.
Oui les Chinois (et d’autres) le font … et qui pourra s’opposer ?
Google ? il n’y a qu’à voir toute la polémique autour de Google en Chine ou même rechercher « Tibet » dans Google Hearth …
Quand il s’agit d’un web que l’on ne trouve pas car Google (ou d’autres) ne l’ont pas indexé, on s’étonne. Quand il s’agit de la presse Belge qui se fait dé-indexer, on crie et quand il s’agit d’un pays entier ?
Remarquez, lorsque l’on recherche « spain », on tombe en pleine mer, alors tout est permis …)

3. kobaye.net - janvier 29, 2007

bande passante: enjeux et gestion de la pénurie

Après l’explosion de la bulle internet, la bande passante a été une des valeurs qui a le plus perdu. Finies les autoroutes de l’information; le haut débit pour tous (réseaux & usages), ça sera pour plus tard. Aucun intérêt pour…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :