jump to navigation

Le chant du cygne ? décembre 23, 2011

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

Article paru dans La Tribune, vendredi 18 décembre 2011 et à qui je présente tous mes voeux dans ces périodes difficiles. J’espère que la copie de l’article ici ne posera pas un problème d’ayant-droit, mais si c’est le cas, me contacter et j’aviserais.
Pour ce qui est de l’article, vous pouvez en voir une version en clair sur le site de la Tribune ou ici, sur mon blog, dans un format qui risque de se généraliser prochainement, si on continue de vouloir « contrôler » l’Internet au travers de vaines lignes Maginot et si les « citoyens » renforcent leurs moyens de protection.

Il se passera alors ce qui doit arriver … on adoptera une nouvelle loi en « i » pour restreindre le bénéfice du chiffrement en France à quelques heureux élus et … toute la valeur ajoutée, l’innovation, le commerce électronique (le business en clair) se fera ailleurs. La France deviendra alors un pays de con-sommateur particulièrement vulnérables, rejoignant la liste infamante d’autres pays qui n’autorisent pas le chiffrement à leurs citoyens … comme cela se passait jusqu’en 1996.

Avant d’en arriver là, bonne lecture et espérons un réveil sur nos sujets du numérique pour 2012, tout comme de prendre les bonnes directions qui structureront l’avenir de notre pays pour les années à venir. Croisons les doigts.

Et en tous cas, je reviendrais prochainement sur la conclusion de cette tribune. Conclusion qui a son importance et me semble être passée inaperçu, écrasée par le poids du titre choisi par la Tribune.
Moi, j’avais poétiquement choisi : « le chant du cygne »

[important]

Vy qrivrag pbzvdhr qr ibve à dhry cbvag y’Vagrearg frzoyr êger yr cnenatba znhqvg qh frpgrhe « qh qviregvffrzrag ».
Pryn n pbzzrapé ra 1994, nirp yr Jro Ybhier. 17 naf nceèf, dhry purzva ! Ba nhenvg ch pbzceraqer, nagvpvcre rg nhwbheq’uhv êger ceêg. Znvf aba. N tenaq pbhcf qr « ybvf ra v », (QNIFV, YBCCFV, UNQBCV), ba n gragé qr snver ragere y’Vagrearg qnaf yr enat. Bh cyhgôg, hygvzr qéerfcbafnovyvfngvba, ba irhg « nqncgre y’Vagrearg nhk orfbvaf qr abger fbpvégé » (uggc://ovg.yl/ggZIDS). Ar abhf gebzcbaf abhf cnf ?

  • Yn fbpvégé, gbhg pbzzr y’Vagrearg, p’rfg abhf, whfdh’à cerhir qh pbagenver rg ersrezrzrag qh zbqèyr nh cebsvg qr dhrydhrf haf. Pr dhv ar qrienvg êger dh’har dhrfgvba qr grzcf.
  • Ar ibhybaf abhf cnf cyhgôg « nqncgre y’Vagrearg nhk oéaésvprf qr dhrydhrf haf cbhe yn zrvyyrher zbaégvfngvba à gbhf » ?

Y’reerhe, ybefdhr y’ba cneyr q’Vagrearg, bhger y’nznytnzr nirp yr Jro, p’rfg y’vairefvba qr inyrhe, qvssvpvyr à ragraqer cbhe har fbpvégé « argjbex pragevp ». Y’Vagrearg rfg « hfre pragevp ». Y’Vagrearg rfg ha zblra qr pbzzhavdhre, crafre, peére NH FREIVPR QR GBHF. Y’Vagrearg fr « tbhirear » znvf ar fr « eéthyr » cnf pne vy rfg av zéqvn, av eéfrnh qr qvsshfvba :

Y’Vagrearg rfg nhk znpuvarf pr dhr y’nve rfg à y’ubzzr.

Har sbvf pbzcevf, ba crhg crafre ra grezr qr « punegr qr dhnyvgé » cbhe (gragre qr) qésvave pr dh’rfg bh a’rfg cnf y’Vagrearg rg nccebpure yn abgvba qr eéthyngvba qrf hfntrf : ra ar pbasbaqnag cnf « yr pbagranag » rg yrf rkgeézvgéf : yrf qvsshfrhef rg yrf pbafbzzngrhef.
Dhnaq y’Vagrearg crezrg qr ercrafre yn ybtvdhr q’vagrezéqvngvba, qr « qvfgevohgvba », ba pbzceraq dhr pryn chvffr ragere ra eéfbaanapr nirp prhk dhv bag snvg yr pubvk qh « fgbpx » : znvfbaf qr qvfdhrf, fbpvégéf qr qvfgevohgvba rg q’rkcybvgngvba pvaézngbtencuvdhr … Znyurherhfrzrag, evra a’rfg eétyé. Yrf œhierf ahzéevdhrf a’bag gbhwbhef cnf rkvfgrapr qnaf abf eéfrnhk. Fhvgr qr 0 rg qr 1, nffrzoyéf vyf sbezrag ha grkgr, har cubgb, har zhfvdhr, à dhv ba ragraq nffbpvre qrf qebvgf cnepr dh’ba yrf erpbaanvgenvg ybefdh’ryyrf pvephyrenvrag. Wr a’venvf cnf cyhf ybva cbhe éivgre yr cbvag Tbqjva.
Qrf fbyhgvbaf cbheenvrag rkvfgre, cyhf yvoerf, cyhf étnyvgnverf, ra ha zbg : cyhf sengrearyyrf, znvf vy rfg ceéséeé y’nssebagrzrag fpyéebfnag. Eéfhygng : gebvf nlnagf-qebvgf qh pvaézn (y’NCP, yn SAQS rg yr FRIA) bag nffvtaéf ra whfgvpr Nhpuna Gryrpbz, Obhlthrf Gryrpbz, Qnegl Gryrpbz, Senapr Gryrpbz, Serr, Ahzrevpnoyr, Benatr, FSE znvf nhffv Tbbtyr, Zvpebfbsg, Lnubb.
Cbhedhbv ? Gbhg fvzcyrzrag cbhe gragre qr ivqre yn zre à yn crgvgr phvyyèer. Znvf pbzzr pryn ar sbapgvbaar cnf, ba vaabir ra ibhynag snoevdhre gryyrzrag qr crgvgrf phvyyèerf dh’ba ar gebhiren cyhf y’rnh. Fv yr ohg frzoyr ybhnoyr : rzcêpure y’nppèf à qrf pbagrahf « vyyétnhk », fhccevzre à yn fbhepr prggr « nggrvagr à ha qebvg q’nhgrhe bh à ha qebvg ibvfva » p’rfg yr erfgr dhv ar fhvg cnf.
Y’Vagrearg erabhiryyr yr zvenpyr qr yn zhygvcyvpngvba qrf cnvaf. Znvf cyhgôg dhr q’rkcyvdhre à Wéfhf dh’vy cbfr ceboyèzr à abger épbabzvr nirp frf zvenpyrf, ba n ceéséeé f’nggndhre nhk yvrhk qr fgbpxntr qrf cnvaf rg nhk purzvaf dhv l zèarag.
Ibhf ar iblrm cnf yr enccbeg ? Yvfrm y’nffvtangvba (uggc://w.zc/nffvtangvba_nq) rg iblrm yr qvfcbfvgvs raivfnté (c84-87). Gbhg l rfg cbhe ceraqer nh cvètr yn fbpvégé. Fv yr whtr rager qnaf yrhe ybtvdhr, p’rfg creqh.
Abhf nhebaf qebvg, fbvg nh svygentr, fbvg nh oybpntr. Pryn punatr whfgr yn snçba qr engre y’nivba. Fbvg abhf ar cbheebaf cnf nyyre à y’néebcbeg, fbvg abhf nhebaf qrf sbhvyyrf nh pbecf flfgézngvdhrf, ra gbhf yrf yvrhk, fbhf ceégrkgr dh’ra ha frhy, ba nhenvg ncreçh ha pbageriranag. Rgbaanag aba ?
Fhegbhg dhnag ba ibvg yrf rssbegf dhv bag égé qécybléf cbhe épbhgre yrhef qbyénaprf. Ba n qécrafé har éaretvr sbyyr, qrf traf vzcbegnagf fr fbag zbhvyyéf rg bire gur gbc, abf nzvf qéobvgrag ra sbepr, ra snvfnag y’rkgéevrhe, ra cyrva iventr, à gbhg ha qvfcbfvgvs, céavoyrzrag zvf ra cynpr rg qbag vyf fbag à y’bevtvar. Pn frag yn fbegvr qr ebhgr !
Rkvg yn gragngvir qr erfcbafnovyvfngvba rg q’éqhpngvba qh znepué, yrf rssbegf fheuhznvaf cbhe erabhre yr qvnybthr nirp yn fbpvégé pvivyr, y’vapvgngvba q’har bsser yétnyr qr dhnyvgé rg qr qvirefvgé fhssvfnagr.

Vy frzoyr ceéséeé qr ovra pnffre y’Vagrearg bh cbhe yr zbvaf qr f’nccebcevre yr qebvg qr ivr rg qr zbeg fhe qrf yvrhk rg fhe yrf purzvaf dhv l zèarag.
Nybef, nh fvèpyr qrf zbqèyrf q’Nccyr rg qr Tbbtyr, rfg-vy rapber envfbaanoyr qr snver y’vzcnffr fhe har ybtvdhr qr syhk ? Yr syhk fren g’vy yr abznqr, dhr y’ba gnkr rg pbaqnzar, q’har fbpvégé dhv ceésèer erfgre féqragnver ?

[/important]

PS: pour le moment, je vous le fais « gentil« . Il s’agit d’un clin d’oeil au passé. 😉

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :