jump to navigation

Prédiction 2012 : Filtrage et Internet, dans le mur nous allons janvier 2, 2012

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
Tags:
trackback

Cadeau du nouvel an ou signe des temps, l’un des premiers décrets paru au Journal Officiel, le N°0001 du 1 janvier 2012 porte sur … le filtrage de l’Internet.

Ce décret est pour moi une première et une première importante tant il va plus loin que la volonté de contrôle de certains. On est maintenant dans LA METHODE : le blocage par filtrage du DNS … 
Alors, à quand le blocage généralisé de l’Internet par décision de justice de coupure de courant généralisée ?

C’est nouveau pour moi. Nous allons bientôt avoir des double-formations : juriste ET technique. Des gens dont le métier, à l’inverse du proctologue, sera de boucher les tuyaux, non pas avec une petite cuillère de glycérine, mais à grand coup de recommandation bidouilles BGP+DNS pour le cinéma, de DNS menteurs pour l’ARJEL, de filtrage et de DPI pour les autres …
On se prépare de beaux lendemains et un bel internet !

Bien sûr me dira t’on …

Bien sûr, c’est pour améliorer la situation actuelle, que certains pouvaient qualifier d’un peu flou. En effet, on peut jouer aux idiots en disant que l’on ne sait pas comment appliquer une décision de justice de bloquer telle ou telle chose. C’est potentiellement tellement engageant, que l’on souhaite se voir déresponsabiliser en se faisant fournir le mode d’emploi. Bien sûr …

J’imagine aussi très bien la volonté (louable) derrière ce texte de « clarifier« , de « préciser« , voir même d’être le plus « raisonnable possible » en ne proposant pas l’arme atomique (DPI généralisé), mais juste des petites entailles par ci et par là. Et oui, on peut les comprendre … s’en prendre au DNS n’est pas « très grave« . On pense couper l’herbe sous le pied des « libertaires » qui ne pourront crier à leurs droits potentiellement bafoués … Bien sûr …

En plus, c’est surtout moins couteux et plus « déterministe« , tant les « huiles » qui sont à la tête de ces réflexions pensent bien comprendre la « centralisation » de l’affaire. Au pire « on » remboursera un ou deux serveurs pour les FAI qui auront la patience d’en faire la demande et cela n’ira pas bien loin … Bien sûr …

Et oui, si maintenant internet (notez l’absence de majuscule) fonctionne mal, nos fournisseurs d’accès pourront dire : c’est la faute à l’ARJEL et ses demandes de modifications incessantes. Je plaisante … bien sûr … car il ne s’agira plus de « bidouilles« . Nous avons maintenant des « resolveurs » #ARJEL compatible (ou TMG/ALPA ou SOPA …) qui incluent ces fonctionnalités « en standard ».

Non, le plus amusant va être, encore une fois le précédent créé. On va pouvoir s’en donner à coeur joie et annoncer n’importe quoi dans les résolveurs, en toute violation des consignes qui seront passés par les « vrais serveurs de nom », que l’on appelait avant « autoritaires ». On va pouvoir légitimer de faire n’importe quoi et même de le vendre … D’un coté tous les ayant-droits de la terre vont se sentir la légitimité (et le devoir) de mettre les mains dans le pot de confiture. En effet, si l’ARJEL et les jeux en ligne « légalisés » par l’état le peuvent, pourquoi pas eux ?
Mais de l’autre, on va pouvoir vendre des tas de choses amusantes autour du DNS. Suffit de demander à Google ou aux Pages Jaunes, on devrait voir apparaître des business models très intéressants dans les mois qui viennent …

Alors Mme IRMA, que voyez vous venir ?

Risquons nous à une petite prédiction prospective :

  1. Si l’ARJEL obtient ce qu’elle souhaite aussi « facilement » (on notera qu’ils sont beaucoup moins doués pour la communication que l’HADOPI qui elle bouge le petit doigt et s’attire les foudres de la terre entière … et qui pour l’instant coupe bien moins que d’autres institutions …), cela va donner des idées à d’autres : ceux qui ont des droits mais pas devoirs.
  2. Comme on impose une méthode qui semble raisonnable et accessible à tous, on pourra mieux mettre le doigt sur une OBLIGATION DE RESULTAT … qui sera impossible et on passera à l’étape suivante du plan.
  3. Comme cela ne suffira pas et comme ce filtrage est enfantin à contourner, cela servira à démontrer que ces « internautes » ne sont pas des gens « civilisés » avec qui l’on peut discuter et qu’ils méritent une muselière plus importante.
  4. On en viendra donc à exiger des fournisseurs d’accès que l’on ne puisse plus utiliser d’autres « resolveurs » que ceux de son FAI « mis sous silence ».
  5. On ne pourra plus héberger nous mêmes nos propres resolveurs.
  6. En guise de réaction éphémère, on tombera dans le panneau en établissant des tunnels chiffrés vers d’autres contrées. Ce qui sera le signe attendu, sous prétexte d’horreurs non triables pendant l’acheminement, pour pousser la muselière encore plus loin.
  7. La riposte ne tardera pas et on mettra au pas le chiffrement en interdisant des techniques trop difficiles (lire longues et couteuses) à casser. Cela se fera pas l’encadrement des techniques de chiffrement et la longueur des clefs : Back to before 1996, lorsque la France était sur la même liste pour l’export de technologie incorporant du chiffrement, que la Chine, l’Iraq, l’Iran …
  8. Pendant que nous y serons, on rendra illégal un trafic que l’on aura organisé comme tel. Le Journal Officiel traduira : TOUT CE QUI N’EST PAS DU PROTOCOLE 80 VERS les proxy de son FAI « mis sous contrôle » sera interdit.
  9. Mais pour montrer que rien n’est joué, « on » dira que l’on peut toujours chiffrer sa connexion entre la maison et le proxy du FAI

Le pire n’est jamais certain

Si rien de tout ceci, comme le pire n’est jamais certain, je prédis au moins deux choses avec certitude :

[error]

  • l’instabilité du contexte économique et juridique que toutes ces « tentatives » créent vont finir de fatiguer ceux qui souhaitent encore entreprendre en France dans le numérique. Dès qu’ils se demanderont si dans d’autres contrées l’herbe ne serait pas plus verte, le ver sera dans le fruit et cela sera trop tard …
  • la plupart des politiques n’ont pas pris au sérieux l’Internet, depuis longtemps déjà. Le réveil va être douloureux, tant grâce à la « mémoire du numérique », maintenant accessible au plus grand nombre (pour encore combien de temps ?), que parce que ces politiques qui veulent nous protéger, à l’insu de notre plein gré, seront les premiers englué dans la toile 2.0 qu’ils tentent de tisser. Et ce faisant, je ne vise ni un camp, ni un candidat. Tout comme le monopole du coeur, celui de dire, penser et faire n’importe quoi concernant l’Internet n’est ni un monopole de droite, ni de gauche.

[/error]

 Alors on fait quoi ?

Et oui, vous allez me dire, ceux qui me lisent depuis le début de l’année que la critique est facile … Et bien non, pour moi, elle n’est pas si facile et je serais mieux à ricaner sous cape en écrivant que j’avais vu juste depuis longtemps.
Aussi, je vais tenter de répondre par au moins deux suggestions :

  1. on laisse les professionnels s’occuper de leurs affaires respectives. A la justice le travail de prendre des décisions éclairées, avec tous les organes de recours possibles.
    Aux Fournisseurs d’Accès Internet, le choix de la solution technique. A tous de comprendre qu’à l’impossible nul n’est tenu et qu’il ne s’agit pas de mettre un couvercle sur la marmite pour étouffer le problème.
  2. on se met au travail sérieusement concernant la problématique du filtrage et on sort des sentiers battus et des raisonnements faciles. On OSE. On associe à la réflexion des gens qui connaissent un peu l’Internet. Comment les trouver ? Facile, ma Time Line Twitter en est pleine. Et quand on le fait, on arrive à des résultats … dont nous reparlerons très prochainement !

 

Peut être faudra t’il en arriver, un jour, à un véritable Conseil National de l’Internet  ?

Un YACC : Yet Another Conseil de Conseils 😉 

PS: je ne revendique rien à titre personnel … « que ce soit bien clair entre vous et moi … » ((c) Elie Kakou)

source photo

Picassa Album

Publicités

Commentaires»

1. Internet, filtrage et libertés à venir ... ou à perdre | La Méchante Miette - janvier 2, 2012

[…] tirent sans cesse la sonnette d’alarme. À juste titre, et je vous invite à consulter ce très bon billet de JM Planche pour avoir un point de vue technique mais aussi « éthique » sur ce qui nous […]

2. francois ][ - janvier 2, 2012

Il y a des fois ou on peut se demander s’il ne vaudrait pas mieux laisser tout le machin s’écrouler sous sa propre masse de stupidité, plutôt qu’essayer de l’aiguiller vers de verts pâturages. On verra après a en refaire un tout neuf une fois que celui-ci sera tout cassé…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :