jump to navigation

#3> Création et l’Internet : “F A T A L I T A S” février 23, 2012

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
Tags:
trackback

Non, je ne suis pas aux arrêts comme Chéri-Bibi, le célèbre héro de Gaston Leroux. Par contre, je suis en communion d’esprit avec lui, accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis. Sans oublier sa célèbre maxime : FATALITAS, qui illustre Murphy ou ce que je dis souvent : « les mêmes causes reproduisent les mêmes effets … l’histoire bégaye. »

Accusé à tort

S’il y a bien un défaut que je ne pardonne pas, c’est l’injustice. On peut être bête, méchant et même lâche, cela peut être génétique (tellement le cas de certains me semble irrémédiable) ou un problème d’éducation.
Par contre, l’injustice, ça non.

Depuis que j’ai annoncé que j’avais accepté la proposition de la Hadopi de « guider » le Lab Réseaux & Techniques, je crois que je ne me suis jamais fait autant d’amis. J’en ai même découvert de nombreux que je ne connaissais pas et qui savaient tout de moi. De ce que j’aurais dit, pensé.
J’ai tout entendu. « Tu fais cela pour l’argent », « vendu », « acheté », « collaborateur » … jusqu’au « cela ne sert à rien », « on ne veut pas en entendre parler car ils sont mal nés », « c’est condamné », « on nous ment, on nous spolie », « on nous trace », « on nous épie » (ca y est, moi aussi, je vais me mettre au rap) … j’en passe et des meilleurs.

Maintenant honnêtement, est-ce le fond du sujet ?
Non, bien sûr. On dira que cela fait partie du « bruit » … mais fidèle à moi même, il est des moments où il faut faire silence pour retrouver le sens.

FATALITAS

Contre vent et marée, on a avancé, on a expliqué … avec de petites réussites, que certains s’amusent à gausser. Au lieu de faire n’importe quoi, on a fait l’inverse de ce que certains attendaient. On a même démontré qu’il n’y avait rien de définitif ou d’irrémédiable. On a tenté :

  1. de comprendre,
  2. de proposer une vision différente, que je qualifierais de USER CENTRIC, dans un univers bien trop Network Centric,
  3. de ne pas casser l’Internet,
  4. d’être d’une utilité certaine … pour l’usager (excusez moi le terme) en premier lieu,
  5. de proposer.

Une fois de plus, cela ne va pas. Cela ne peut par aller. Cela n’ira jamais.
Mais d’un autre coté, cela va aller. D’autres pensent le contraire et vont faire avancer tous ces sujets en ne s’attachant pas à de la rhétorique de bas niveau ou au sens caché de ce qui n’est pas dit ou du 3ème degré de ce que l’on dit.

Et qui plus est …

Il m’était très intéressant de voir ce que mes propositions de réfléchir vraiment au sujet de la création et de l’Internet allaient être accueillies … et bien je n’ai pas été déçu. Aucun appel des premiers concernés : nos amis les « ayants-droit ». Aucun intérêt des « libertaires ». Tout va bien.

Des idées inutiles ? utopiques ? Des idées trop en avance sur leur temps ? Des idées dans l’ère du temps et qui seront exploitées commercialement par d’autres et renforceront leur pouvoir … assurément. Ou alors préfèrerait-on au sens, l’entropie du bruit et de la fureur ?

Je suis sidéré de voir que tout ce qui critique et fustige fait une audience bien supérieur à ce qui propose et pourrait construire.  Mais je voulais aller jusque là pour avoir toutes les données du problème et en tirer les conclusions qui s’imposent.

Résultat

Comme je le disais à l’époque où j’ai vu apparaître les premiers marchands du temple de l’Internet :

« on arrête de jouer »

Je m’en vais retourner à mes affaires et laisser les uns et les autres se débrouiller.

Je n’ai plus ni le temps, ni la patience d’entendre autant d’inepties et de mauvaise foi, grâce à la fibre, à la vitesse de la lumière maintenant. Et je dis cela pour tous les camps, ceux que j’appelle les talibans du numérique et qui aiment à se provoquer et s’affronter, pendant que d’autres construisent et se développent, AILLEURS.

Le travail du Lab est suffisamment avancé pour qu’il puisse se passer de moi. Des gens de talents travaillent patiemment, encaissent et tentent de tirer du sens en faisant fi de l’hystérie générale. Je leur souhaite le meilleur.

Je n’ai pas renouvelé le contrat que j’avais avec la Haute Autorité, comme tous les experts et qui prenait fin le 31/12/2011.
Je quitte une rémunération certaine … cela a suffisamment été reproché.
Je quitte la responsabilité du groupe, pour redevenir « un simple citoyen » et participer aux débats à chaque fois que je le pourrais.

Mais je ne quitte pas complètement l’affaire, car j’ai trop ancré en moi l’intérêt général et le potentiel de l’Internet et du Numérique pour les voir piétinés de cette façon. Maintenant que personne ne se dise « on a gagné« .
J’ai fait ce que j’ai pu, je n’ai juste plus l’envie de devoir arbitrer au détriment de mon temps professionnel et personnel. Il est des sujets où le temps plaisir doit primer sur le temps contraint … et l’argent n’excuse pas tout !

Je remercie infiniment ceux qui m’ont fait l’amitié de me suivre et de venir dans cette aventure. Cela en valait la peine et … cela continue. Je ne fais que revenir les rejoindre, de la bonne façon.

Autre époque, autre temps et sans le talent de Maurice Clavel … je reste « dans la liberté, pour la liberté » et préfère m’occuper de mes propres affaires et de laisser l’inévitable se produire, c’est à dire, le bras de fer permanent, la destruction de valeur massive, le renforcement de pouvoirs anciens, les opportunités ratées … pour qu’en final, la vérité sorte, quand on en aura assez de faire semblant et de jouer aux Garcimorades.

 

PS: comme j’avais commencé en chanson pour annoncer mon « entrée en action », au risque de n’apparaitre désespéré, je finirais en chanson
Ce sont les touittes de certains mentionnant le mot clé #HADOPI qui en est le déclencheur. Et si le filtrage avait du bon quand il est décidé au bon endroit ?

Publicités

Commentaires»

1. Guillaume Champeau - février 23, 2012

Je suis triste de sentir ton amertume à travers ce billet. J’espère avoir tort dans mon empathie, et que pour toi ça n’est pas une déchirure.

En tout cas, c’est un chantier qui consiste à résoudre la quadrature du cercle dans lequel tu t’étais embarqué. Ca n’a pas marché, parce que ça ne pouvait pas marcher. Je crois que si tu n’as pas eu l’intérêt que tu espérais des ayants droit ou des « libertaires », c’est parce que personne n’attendait quoi que ce soit de ces travaux.

Ces histoires de moyens de sécurisation n’étaient qu’un alibi foireux à une loi qui ne pouvait pas sanctionner la contrefaçon, et qui a donc voulu sanctionner la mauvaise sécurisation.

Je sais, parce qu’on en a discuté ensemble, que tu as voulu éviter le pire en proposant « le moins pire ». Et je pense que tu as eu raison d’essayer. Au bout du compte, et j’espère l’avoir suffisamment exprimé dans différents articles, je crois que tu y es parvenu. Sauf qu’in fine, ça restera irréalisable d’allier les contraintes techniques et les contraintes juridiques, et tout ça ne sert à rien.

Le principe de s’interdire tout filtrage au coeur du réseau est acquis, tout comme celui de mettre le filtrage sous le contrôle de l’utilisateur. Et rien que pour ça, tu n’as pas travaillé pour rien.

Je te souhaite le meilleur.
Amitiés.

Jean-Michel Planche - février 23, 2012

Merci Guillaume, mais pourquoi dire que cela n’a pas marché ? D’ailleurs tu conclues le contraire … cela a très bien marché.
Si cela n’avait pas marché, je ne partirais pas, c’est bien mal me connaitre. Le titre de ce blog : « Never give up ». Disons qu’à un moment on fatigue, c’est une chose, mais surtout on n’a plus le temps pour nettoyer l’écume. Quand on est entrepreneur, on construit … alors que certains relèvent plutôt de l’assistante sociale ou de la psychiatrie. Par le temps de jouer, j’ai 1.000 chose à faire. Les idées sont dans le fruit, il y a des gens très compétents et capables … à la Hadopi … et oui. Tout va bien. 😉
Pour ce qui est du filtrage au coeur … le pire n’est jamais certains et je ne le tiendrais pas comme un acquis. Il faut rester vigilant et j’attends avec impatience UNE LOI sur le sujet.

2. NeoSting - février 23, 2012

Félicitations. Que dire de plus ? Les autres devraient suivre ta voie, et laisser tomber ce navire répressif. Si il n’y avait plus personne dans ces labs, ça prouverait juste l’inutilité de cette machine infernale. Faire avancer les choses : oui, mais les faire avancer dans le sens d’entreprises inadaptées qui ne veulent rien écouter – si ce n’est leur propre utopie, aux dépends de la liberté d’expression et de création des internautes, @$*ù-:;és par un flicage et un contrôle démesurés – ce n’est pas bon pour maintenir sa conscience saine.

3. jp - février 23, 2012

Bonjour Jean-Michel,

IL était prévisible que les passions allaient se déchaîner avec cette histoire (lire nomination). Une des raisons, la notion de débats qui depuis le début a été oubliée et sans-doute la faute aux gens qui ont voulu trop vite obéir en oubliant de réfléchir.

Tu as bien raison de ne pas décider de poursuivre l’aventure, rien de bon ne va en sortir d’un coté comme de l’autre.

4. eric - février 24, 2012

bla bla bla je suis victime..

Monsieur,
On retiendra votre nom dans les livres d’histoire a coté de gens comme Monsanto, a vouloir breveter la vie et la culture..

merci et au revoir vous aurez été suffisamment nuisible pour la liberté

un taliban

jp - février 24, 2012

Bonjour Éric,

Je ne suis pas certain que le but premier de Jean-Michel ait été de vouloir breveter quoique ce soit. L’intention première était je pense de faire avancer les choses et ce dans le bon sens. Ne vaut-il pas mieux avoir une personne qui connait Internet pour l’avoir travaillé au corps plutôt qu’un théoricien de la chose issu de je ne sais pas qu’elle formation ?

mosquito - mars 3, 2012

eric
Je ne sais pas, moi… tu as raté quelques épisodes de la série, ou bien tu es fatigué, ou alors tu te trompes de blog ?
Ta comparaison n’a ni queue ni tête et tu es inutilement blessant.
Tu n’aides pas les choses à avancer de cette manière. C’est bien dommage, d’ailleurs, tu as sûrement des qualités qui pourraient être utiles dans le débat.

5. La position du PS sur la HADOPI est enfin fixée - février 24, 2012

[…] coûteuse, et surtout ne rapportant rien à la création". Mr Planche a donc bien fait de quitter un peu avant l"heure cette idylle répressive dont la mission était essentiellement d'aboutir à une solution de […]

6. mosquito - mars 3, 2012

Bonjour Jean Michel,

Comme je l’avais écrit il y a bien longtemps, le point de départ &tait tronqué.
« En haut », il n’y avait aucune volonté de dialogue, aucune envie de construire.
Ca ne pouvait donc pas accoucher d’énormément de choses positives.
Cela ne retire rien aux qualités ni aux compétences des gens qui ont tenté le coup de manière sincère. Ils ont fait un choix qui n’aurait pas été le mien, mais que je respecte.
(tous les opposants à Hadopi et aux labs ne sont pas des « talibans ». Je crois que tu te trompes de combat, là)

La situation étant ce qu’elle est, je ne souhaite qu’une chose, c’est qu’un vrai débat s’instaure sur le sujet après le changement de gouvernement qui va se produire cette année. Oui, je suis un éternel optimiste. Et que les suivants auront l’intelligence de reprendre les travaux de certains labs comme une des composantes de ce débat.
Ce serait là une belle reconnaissance du travail qui a été effectué.

Avec tout mon respect.

7. Francois ][ - mars 7, 2012

Veni, vidi, reparti…

Un grand classique de la nature humaine.
Lorsqu’un obstacle se trouve sur la route, on choisir une des trois réaction usuelles :
1 – détecter, analyser et manœuvrer
2 – attendre qu’un flic nous siffle et nous dise quoi faire en râlant contre le système policier qui nous fait iech
3 – mais surtout, la plus fameuse approche de toutes, Klaxonner, parce que c’est moi the king of the road.

Dans le cas des us et coutumes du voyageur de l’Internet, nous sommes manifestement confrontés a un choix massif d’option 2, tandis que quelques dangereux extrémistes essayaient de pousser pour l’option 1 et d’autres, assurément plus humains vers l’option 3.
Les voyageurs de l’option 3 ne sont finalement pas dérangeant, parce qu’ils finissent mécaniquement par rallier l’une des deux autres approches en mode panique.

La « préférence biologique » pour l’option 2 m’ennuie par contre toujours un peu.
La déclinaison de l’option 2 au monde de l’Internet nous amène a râler pour que les Droits soient User Centric, tout en se déchargeant des Devoirs, qui de fait deviennent Network Centric (flicnet)
Les râleurs de tous poils, représentant la masse de l’option 2, ne percevant pas que les Devoirs se devraient de devenir également User Centric, a l’instar de tous les autres devoirs de la vie quotidienne dont plus personne ne se rend compte (ou peu) de part une petite chose que l’on appelle l’éducation, seront également les premier a râler contre un état ultra policier se transformant en dictature du réseau, avec comme argument qu’ils sont très capable de se maitriser eux-même. Ce qui est vrai. A la condition d’être préparé a cela.

Dans un monde idéal, j’ai probalement le tort de penser que l’Etat se devrait de n’être que la couche signalisation des flux de la société, et non pas pas un système en coupure de ces flux (des flix ?).

Mais j’ai la désagréable impression que je ne le vivrais pas dans cette incarnation là…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :