jump to navigation

Moi, financier … mai 21, 2012

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

Et oui, nous sommes au 2ème jour de l’introduction en bourse de Facebook et la nervosité continue. A cette heure : -12,2%.

Et on voit déjà les cassandres dire qu’ils l’avaient bien dit. Les imbéciles, habitués à regarder le doigt, de se réjouir, pendant que d’autres perdent leurs dernières illusions et leurs économies.

Mais tout cela ne sera bien sûr pas perdu pour tout le monde, car quand les professionnels de la profession auront jugé la baisse suffisament « bonne » et « rincé » les apprentis capitalistes, ils racheteront et le titre repartira à la hausse … jusqu’au prochain « round« . En plus, pas de panique. Vu les montants en jeu, au risque de se ridiculiser complètement et de « ruiner » durablement le NASDAQ, le titre ne devrait pas perdre beaucoup plus de 15% en un jour …

Il va être intéressant de voir à quelle niveau nos « amis » vont faire descendre le titre.

En tous les cas, Zuck est content, il a l’argent (vous connaissez l’adage de certains en 2000 : « take the money and run »). Ceux qui ont pu sortir, sont contents. Ceux qui sont en lock up, doivent se ruiner en ce moment en cierge pour que cela ne descende pas sous leur prix d’exercice. Et pour les autres, pour le moment, ce n’est plus Facebook, mais « dans ta face le book ». 😉

Comme je ne cesse de l’espérer, un jour, on en reviendra peut être aux fondamentaux et à une corrélation assez directe entre l’utilité vraie et les chimères. Et oui, comme le rappelle à juste titre @sylvainw, 100 B$, c’est Saint Gobain + Vinci / Véolia + Alstom + Lafarge + Michelin + Essilor …

 

PS: dans tous les cas, il n’y a pas de quoi se réjouir. Comme d’habitude, le petit peuple va perdre sa chemise et les PME du numérique vont encore une fois, en prendre plein la figure. Au manque de liquidité, on ajoutera la défiance des modèles de type Groupon ou Facebook. On aura des gens encore plus frileux, capables de nous expliquer tout et son contraire et incapables de faire la part des choses. Si ce n’est pour bien nous expliquer comment nous passer de ce dont nous avons besoin.

 

credit image

Publicités

Commentaires»

1. Francois ][ - mai 22, 2012

Il faut bien admettre que l’IPO était osée par les temps qui courent : valoriser 200 années de bénéfice une boite virtuelle, dont la durée de vie sera probablement bien inférieure a ces 200 années, et dont les deux tiers des comptes sont des fakes (pour causer de manière anonyme sur les média), ou bien des cadavres dont on a oublié le mot de passe ou même l’existence, ne pouvait qu’amener a une correction, probablement pas achevée.
Evidemment, il y a bien des investisseurs tous frais qui sont frustrées de ne pas avoir vécu la bulle de la fin des années 90, mais ils ont également évité la dérouillée qui a suivi … donc les voici en rattrapage accéléré du grand frisson des IPO de la bulle techno.
Quant aux vrais usages de FB, a part servir d’identifiant unique aux média qui ont démissionné de leur responsabilité d’éditeur en refusant l’anonymat, je ne vois pas bien, sauf a accompagner virtuellement la boite de conserve qu’on s’ouvre devant son PC durant les longues soirées d’hiver 🙂
Pour les vrais amis, les méthodes « mortar » marchent toujours aussi bien 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :