jump to navigation

Google et la presse … purée février 4, 2013

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

Ca y est ! Alleluia !!
Il est né, le divin enfant,
Jouez hautbois, résonnez musette !
Google a plié, mis genoux à l’Elysé !
L’accord est historique (selon Google),
La portée est mondiale (selon les autorités),

Il est né le divin enfant, chantons tous son avènement !
Depuis plus de quatre mille ans, nous le promettaient les prophètes;

Depuis plus de quatre mille ans,
Nous attendions que Google en prenne plein les dents.

Bref, que dire de plus ?

  • Que je ne vois aucune raison de se réjouir ?
  • Que nous avions bien annoncé (il y a plus de 22 ans !!!) que l’Internet allait tout révolutionner ?
  • Que nous avions bien dit, il y a plus de15 ans, que Google était bien plus qu’un « moteur de recherche » ?
  • Qu’il n’était pas normal, quand je m’étonnais de la très faible performance technique de certains sites de « presse », lors des élections de 2007, de me voir opposer un silence méprisant.
  • Qu’il était tout à fait normal qu’en sciant la branche sur laquelle ils étaient assis, tous ces grands seigneurs allaient un jour avoir des problèmes. On ne peut pas faire durablement fonctionner son coeur métier avec des stagiaires sous pas payés.
  • Qu’il est étonnant que le « négociateur » soit aussi celui qui présidera aux destinées de cette histoire rocambolesque de fond de « modernisation ».
  • Que l’argent ira aux toujours mêmes, en fonction de leur « allégeance » et que ceci ne permettra sans doute pas de voir éclore une nouvelle race d’acteurs ou d’aider à se développer des gens qui doivent se battre tous les jours contre des moulins à vent.
  • Que le mode d’extorsion de fond n’est pas normal. Ce n’est pas à la marine à vapeur de devoir subventionner la marine à voile … surtout lorsqu’elle cette dernière ne veut pas comprendre et fait tout pour freiner des quatre fers.
  • Qu’il n’est absolument pas normal de s’inventer des fiscalités sur le vent ou des fonds à abonder, alors que l’on ne s’attaque pas au fond du problème, comme d’autres pays ont su le faire. Cela pourrait s’appeler des retenues à la source. Mais j’y reviendrais tellement le consensus esbaudissant devant l’évidence de taxer le numérique d’une façon différente m’est pénible !

Et enfin, que tout ceci ne sauvera pas une certaine idée de la presse … mais que la presse, qui a du sens, qui travaille qualitativement, qui aide à réfléchir, qui imprime sur papier vivra toujours, mais en revenant à ses fondamentaux et en utilisant le numérique à son avantage, pas en voulant de nouvelles lignes Maginot et surement pas en cherchant son futur dans je ne sais quelles officines de méga-consultants qui ne vivent pas l’Internet mais qui le craignent.

Publicités

Commentaires»


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :