jump to navigation

Comment décourager d’acheter Français … mars 2, 2013

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

S’il est une idée qui m’avait semblé avoir la couleur d’une bonne idée, l’odeur d’une bonne idée, le gout d’une bonne idée … c’était l’histoire des taxes sur les mouvements financiers trop opportunistes. Hélas, n’étant pas du milieu, je m’étais une fois de plus laissé berner par ceux que je pensais plus qualifié et plus intéréssés à faire mieux fonctionner notre système qu’à laisser leur empreinte.

Quelle ne fût pas ma surprise, au hasard d’un click de souris de découvrir une petite note qui attira mon attention car il était indiqué :

« French Financial Transaction Tax (FTT) Ordinary & ADR ».

Plus précisément :

« Effective December 1, 2012 all opening transactions in designated French companies will be subject to the French FTT at a rate of 0.20% of the total transaction cost »

Et encore plus clairement, voila la liste des 109 sociétés qui sont clairement pointées sur le mode, « vous pouvez acheter, mais vous allez payer 0,20% « de plus ». La liste que j’appellerais « LA LISTE SULITZER », en hommage à une autre liste tristement célèbre, mais aussi, pour la consonance, en hommage à celui qui a inventé (sic) le western financier et qui me semble directement le maitre à penser d’une élite qui nous gouverne de plus en plus déconnectée du sens, des réalités, du but et des moyens.

En effet, si j’avais pensé 5 mn que nos « grands penseurs » voulaient vraiment moraliser la finance. Si j’avais été assez fou pour imaginer que ces moyens réfrèneraient les artistes du fast trading, je constate aujourd’hui : rien.

On est dans l’illusion encore une fois, que je décris si souvent. Illusion de tenter de « retordre la réalité ». Illusion qui me semble plus que dangereuse pour nos valeurs françaises qui se retrouvent ainsi reléguées sur un terrain à handicap. Et oui, imaginez le dégat de cette petite légende : FTT … sur la volonté de nombreuses personnes « à acheter français ».

Vous allez me dire, 0,20% ce n’est rien … bien sûr … bien sûr. Et je vais vous dire, pensez vous qu’il n’est déjà pas assez sportif de faire le choix d’une valeur France, pour un étranger, qu’il en faille restreindre la chance ?
Ne pensez vous pas que deux poids, deux mesures ?

Peut être que tout achat d’actions depuis la France est taxé à 0,20%, mais à un moment, tous nos amis qui tentent de nous apprendre la vie devraient penser une fois de plus que nous sommes dans un marché globalisé. Si je comprends qu’il faille commencer et montrer la voie, je me demande quand même si le remède n’est pas pire que le mal ?

  • Où va l’argent … vraiment ?
  • Cela sert-il à quelque chose ?
  • Ne pourrait-on pas mieux utiliser cet argent ?
  • Les manipulateurs de cours sont ils gênés ?
  • La bourse est elle revenue au service des entreprises ?
  • A t’il été fait une étude d’impact pour vraiment envisager la portée de ce genre de mesure ?
  • Les effets de ces mesures sont ils suivis dans le temps ?
Le plus drôle, c’est qu’un jour, je pense que les Américains, tous y viendront … mais malheureusement pour nous, francais qui aurons montré la voie, ils le feront en se tirant d’autant mieux la couverture à eux qu’ils sauront VENDRE le dispositif et  y apporter la dose d’altruisme qui fait que le moyen ne sera pas géné par le but.
En clair, que les gens seront CONTENTS de choisir des actions plus taxées, pour faire preuve d’une citoyenneté jamais perdue.
Et en plus ce genre de mesure, aujourd’hui qui en reparle ?
En attentant, nous, spécialistes de la schizophrénie, nous avons déjà zappé sur autre chose …
Mise à jour le 2 Mars 2013 :
Je ne suis pas tout seul à m’interroger. Alors, on interdit les abus dès maintenant plutôt que d’attendre qu’il ne soit trop tard et de tout façon en n’arriver à l’interdire ? Lire : reflets.info/les-machines-se-font-la-guerre-sur-les-marches-financiers
Miser à jour du 4 Mars 2013 :
Finalement les grands esprits se rencontrent. C’est maintenant le Figaro qui vient apporter de l’eau à mon moulin. J’en conclu qu’une mauvaise loi pour le numérique est une loi en « i » ( (c) JMP 2009) alors qu’une mauvaise loi de finance est une loi en « ouin » ( (c) JMP 2012) … Tobin, Colin, et ouin et ouin …
Publicités

Commentaires»


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :