jump to navigation

J’aime l’odeur de l’X25 le matin … avril 22, 2013

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

Et bien voilà, continuons la rubrique d’un Français de l’étranger qui se « branche » le matin et recoit un tombereau de nouvelles, souvent assez mauvaise de son pays, qu’il n’oublie pas et qui lui est cher, dans tous les sens du terme. Ce matin, on nous reparle de la taxation de l’Internet. Sujet pas nouveau. Je vous en ai parlé de nombreuses fois et largement prévenu (ici par exemple).
A partir du moment où l’on préfère jouer au Robin des Villes, en tentant de voler le riche pour donner aux riches, sous couvert de miettes redistribuées aux pauvres et non tenter de trouver des solutions créatrices de valeur qui nous mettraient dans la course. A partir du moment où toutes les bornes sont franchies, on ne se demande plus si la mesure est juste mais seulement quand elle va arriver.

Sans arme, ni violence (ou presque)

Je ne sais pas si vous avez vu la subtilité avec laquelle cela nous a été amené, sans arme, ni violence :

  • Acte 1 : On fait en sorte de freiner au maximum l’inéluctable. On se rend bien compte que cela ne fonctionne pas car l’Internet procède d’une autre logique : une inversion du sens des valeurs auxquelles on est habitué. Alors on essaye de dénigrer la chose : repère de satan permettant à de méchants oursons de fabriquer des bombes islamistes …
  • Acte 2 : On compte sur le cécité d’industries entières pour poursuivre le combat et pendant ce temps là, surtout ne pas se poser les bonnes questions. De toute façon, on sait très bien que ces industries, sous dépendance, reviendront couiner quand le mur sera trop proche et qu’on les fera taire à quelques coups de subventions. Mais au moins on aura préparé l’opinion publique : non Monsieur, il n’est pas normal que toute la valeur que nous, braves visionnaires aveugles, crééons, parte chez Google, Apple et les autres. Si cela continue, il faudra que cela cesse !
  • Acte 3 : Là, on sort la grosse artillerie quand un malin (Facebook) parvient à faire travailler nos enfants et de détourner leur attention des séries japonaises, de Kirikou et des Barbe à Papa. On en ose même un parallèle négrier absolument odieux en expliquant qu’il faut taxer le travail dissimulé. Le poke devenant une unité de taxation comme une autre … pourquoi pas ? Tout cela permet de mieux encore préparer les esprits et effectivement de faire accepter à Madame Michu, le principe de taxation d’autrui. On ne connait pas la réponse, mais on a déjà la réponse
  • Acte 4 : Après un peu de réflexion, on se rend bien compte que la taxation de données personnelles est une grosse bétise. (je réagis toujours avec retard tant j’ai espoir que l’on rebranche le cerveau, mais non, alors je finis par dire ce que je pense des choses)
    On en revient à la solution que l’on concocte depuis le début. Celle qui a fait ses preuves pendant des années. Celle qui à ses normes, ses mots clefs, ses modèles économiques. Celle qui sera acceptée par le secteur marchand car elle permet de recentrer les échanges dans un nombre limité de mains et d’appliquer la taxation que l’on souhaite sur ce que l’on souhaite : sur un volume, un contenu, un émetteur, un destinataire, un accroissement, une diminution, sur une absence …
    On fourbit les armes. Il parait même que tout le monde est d’accord. On peut même savoir que le couperet va bientôt tomber tant le terminologie et les mots sont maintenant en place et irréfutables : 
« Il faut rétablir l’égalité devant l’impôt,
mais sans pénaliser l’économie numérique
« 

Cela me rappelle des rhétoriques entendues sous un autre règne, à base « d’Internet civilisé » et de sophismes visant à nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas en nous imposant de devoir être d’accord sur le diagnostic en nous faisant inoculer nous même le remède poison alors que nous ne sommes pas malade.

  • Acte 5 : quelques voix s’élève dans la nuit, avant que le couvercle ne se referme. Voix  inaudibles, comme les notres et nos blogs ou nos réseaux. Voix sciement ou non dans l’erreur en expliquant que ces solutions nécessitent le grand mal absolu : le DPI … ouhlala … le mot est lancé. Celui qui fait branché dans les soirées parisiennes. Celui qui fait peur à tous mais est indispensable à certains. La Garcimorade qui permettra aux partisans du grand couvercle de dire « on vous a entendu … on ne fera pas de DPI car on a compris, le DPI c’est mal ». Et les vierges effarouchées, à leur combat gagné de laisser passer la quenelle de 160 qui se pointe juste derrière.

Bref, j’arrête là tant la pièce me semble parfaite

… jusqu’au grain de sable. Qui sait d’où il viendra ?
En tous les cas, nous pouvons nous attendre à encore prendre une mauvaise décision, une mauvaise voie, qui ne fera que renforcer quelques uns temporairement et affaiblir le plus grand nombre assurément. D’un coté, je suis catastrophé de toutes ces billevesées. De l’autre, je suis admiratif que notre pays tienne encore debout, par la volonté de ceux qui souquent ferme dans les caves, pendant que les marquis dansent sur les tables et que l’orchestre joue plus fort.
Mieux même, je suis encore stupéfait de l’image (bonne) de notre pays à l’étranger qui je pense doit moins à une actualité qu’à un passé, une vision, une ambition et à quelques femmes et hommes d’exception.

En tous les cas, nous avons dans ce nouveau challenge trouvé un terrain d’excellence … reviens Rémi, ça sent bon !

« le bon vieux temps de la PAF (Pompe A Fric),
pardon de l’X25 est revenu ! »

PS: si cela m’est demandé, dans de prochains billets (ie: si c’est utile), je pourrais traiter du pourquoi je pense que tout ceci est une erreur historique, de magnitude 10 par rapport au plan cable ou au Thomson TO7 qui n’étaient que des idées Canada Dry. Ces erreurs avaient le mérite de ressembler à une bonne idée, d’avoir le goût d’une bonne idée, même si bien sûr elles n’en étaient pas.
Ici et c’est pour cela que j’ai beaucoup de véhémence, il ne s’agit même pas d’idée Canada Dry, tant ceux qui sont en capacité de décider ne peuvent pas ignorer qu’il ne s’agit, ni de la solution, ni d’une bonne idée. Là aussi, je suis prêt à re-re-re-re-expliquer si besoin en était.
Quant à ceux qui me diront « et toi, tu proposes quoi ? », je leur dirais que je pense avoir déjà beaucoup donné. Beaucoup perdu de temps avec certains « plans numériques », déjeuners, diners, soirées, discussions, présentations, « missions » pour maintenant tenter de rattraper le temps perdu.

Déjà l’ouvrir est un risque, laissez moi celui là. Demain, nous parlerons de l’autre coté, des stupidités lobotomisantes du numérique et en premier lieu d’une application que j’ai découverte ce WE : Lift.
On changera de main, mais pas de combat !

Publicités

Commentaires»

24. Francois ][ - avril 24, 2013

En l’occurrence, ne s’agirait-il pas ici plutot d’une TA Data que d’un système de facturation a l’usage basé sur les tickets du réseau (IP, TDM, X25, [ici votre protocole fétiche] …) tel qu’on a pu en abuser par le passé, pour le plus grand « plaisir » de certains 😉 ?
Pendant que la voix et les SMS s’orientent vers un modèle bill & keep, chaque opérateur facturant ses clients pour l’infrastructure de son réseau, et amenant la TA vers des couts incrémentaux d’interface entre opérateurs (donc progressivement vers 0), on verrait apparaitre une TA Data ? Quels en seraient donc les couts incrémentaux aux interfaces ? Le surcout d’un port 100Gb au lieu d’un 10Gb sur un GIX quelconque ? 😉

Jean-Michel Planche - avril 24, 2013

Ahhh la TA (Terminaison d’Accès) … ça leur plait. La TA est à un monde hétérogène et multi opérateur ce que la PAF était à l’X25 mono opérateur. Surtout que c’est bien pratique car cela permet de rester entre grands et d’éliminer toute concurrence dissymétrique. (ie: venant de nouveaux entrants ou de gens ayant des business models différents)
La TA est aux télécoms ce que le Canada dry est à l’alcool (http://www.youtube.com/watch?v=drMT-aNI4Sg)
La TA, ils ont l’impression que c’est une bonne idée, cela ressemble à une bonne idée, mais cela n’en est pas du tout une, même et surtout pour les entreprises qui embauchent ceux qui le pensent.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :