jump to navigation

#FrenchEntrepreneur : Invest in you first ! juin 26, 2015

Posted by jmplanche in Journal de bord, Note du jour.
trackback

Screen Shot 2015-06-25 at 4.11.44 PMIntéressant que cette édition de la #Frenchconf à NYC. Je ne vais que très rarement à ce genre de manifestations, mais là, étant donné que cela jouait à domicile, que la cause de l’Entreprenariat m’est chère et last but least, ayant été invité et ne voulant pas passer pour un rustre, j’y suis allé serrer quelques mains hier matin.

Comme certains amis ont été surpris de ma démarche, qu’il y avait des choses à en dire et qu’en plus, je suis tombé « par hasard » sur une vidéo qui illustrait bien les propos de M. Macron, je ne pouvais pas faire moins qu’un billet.

Les habitudes ont la vie dure …

Bon, déjà un rappel, car le monde de la startoupe a son langage, ses codes et au bout de 2h, à la première pause, on s’aperçoit que les habitudes ont la vie dure. En 2000 c’était plus amusant, il y avait les divas lapin-startoupes et les investisseurs-chasseurs. Là, j’ai un peu l’impression que l’on a inversé les rôles, à moins que tout le monde ne soit devenue diva, à force de parler de Unicorn et de lire des articles parlant de levées de centaines de millions de $.

Un monde codifié

Ici, on ne fait rien à moitié, on est <EXCITED> ou <SUPER HAPPY>. C’est toujours <MARVELOUS> de se revoir. Mous, timides et timorés, passez votre chemin. Dans ce monde où l’investisseur est mieux habillé que celui qui cherche de l’argent, qui lui même est mieux habillé que celui qui vient de <FAIRE UNE SUPER EXIT> pour <X CENTAINES DE MILLION DE $>.
Ici c’est un monde différent. Plus tu es riche, plus tu dois avoir l’air miséreux, pardon <SUPER COOL>. Ta tenue de travail: <FLIP FLOP>, <T-SHIRT>, guenilles. Ici, on est <GLOBAL>, <SCALABLE> et <SUCCESSFULL>.
Mais si personne n’est venu te racheter en moins de 2 ans, c’est que tu n’as pas assez <DISRUPTER>. Plante tout et recommence. Et si c’était une mauvaise idée, le mieux est que tu <FAIL FAST>.
Rien de déshonorant là dedans, c’est même maintenant des lettres de noblesses. Tu n’as pas de temps à perdre, ni à faire perdre à tes investisseurs. Un peu d’argent (des autres), beaucoup de temps, d’énergie, de sueur, d’espoir de tes collaborateurs, beaucoup de nuits blanches, d’enfants et de conjoints seuls … qu’est ce que c’est ?

Ici, tu n’es pas dans le monde des <BISOUNOURS>. On <INVEST> coco et il faut que cela créé de la <VALUE>. Après ton <SEED ROUND>, si tu as rempli tes <MILESTONES>, tu pourras peut être faire le grand tour: <SERIES A, B, C> …
<IPO> ? tu rêves coco. Il faut que quelqu’un te rachète car tu n’as pas les épaules. Au pire, on fera du <BUILD-UP>, car 1+1 fait parfois plus de 1. Mais pour cela, il te faut être <ROADMAP DRIVEN>, sinon, c’est le <FAIL> assuré et nous devrons parler de <BRIDGE> et de douche froide, parce que ton <BOARD> va te <KICK TON ASS>.
Faut pas raconter de <SALADES> aux <SHAREHOLDERS> bro.
OK, tu as <BULLSHITER> ton <POWERPOINT>, mais c’est normal, on fait tous ca au début. Maintenant on est entre nous et on ne va pas se dire la messe. Et <THE GOOD NEWS IS …> qu’on va te laisser 10 à 20% au final, si tu as bien exécuté. Tu as intérêt à faire une <UNICORN> si tu veux pouvoir venir jouer au <VC> avec nous et venir faire chier tout un tas de nouveaux petits gars.

Ca ressemble un peu au bizutage des écoles d’ingénieurs … on déteste, on subit. Ce sont les traditions coco ! On serre les dents en espérant un jour pouvoir bien se venger sur les petits nouveaux. Ahhh, les traditions …

Et des vérités qui font bien d’entendre

Quelques morceaux choisis, allant à l’encontre de ce qu’on essaye de nous faire croire:

  • oui, ici (les Etats-Unis), c’est plus difficile qu’en France pour un Français. Arrêtons de nous raconter des histoires. La culture est totalement différente et le pays est gigantesque. En Europe on va n’importe où en moins de 2h. Ici, avant de signer des clients à New York, notre premier client était à 1h30 en train, et nos autres clients étaient à Atlanta, Denver, cote Est … et je ne parle même pas du Canada et de l’Amérique Latine.
  • Aux USA, il est HYPER DIFFICILE de recruter, même pour une société américaine (précise un Américain) !!! Alors imaginez pour des Français. Nous n’avons pas d’aussi bons réseaux qu’en France. La compétence est comme partout … une denrée rare. Et si il y a autant de sous traitance dans le soft, ce n’est pas pour rien.
  • Oui, les Américains aiment bien les Français … mais les Français « américanisés« . On en cite quelques-uns, généralement toujours les mêmes, mais regarde l’organigramme des sociétés de tech américaines. Tu vois beaucoup de français à la tête ? Ah, tu vois un Indien … c’est le patron de la R&D Soft. Un Chinois ? la société fait du hard. Arrêtons de rêver, ils ne nous ont pas attendu et on ne va rien révolutionner. Restons modeste. Et n’oublions jamais que ce n’est pas « rêve Américain » que l’on te vend dans les salons mondains. Trop souvent, le « credit history » et le track record prennent le pas sur l’homme …
  • Les américains n’aiment pas la complexité et nous sommes un pays, des gens compliqués. Donc investir dans un Français aux US: aucun problème. Investir dans un américain en France, j’ai des doutes. Alors je vous laisse imaginer, investir dans des sociétés de Français en France. 😉
    Par contre, investir dans un machin controlé par les Américains pour repérer et aspirer les talents … mais #jdcjdr.

Et la surprise …

FullSizeRenderAvec le discours le soir au Consulat de notre Ministre des finances: M. Emmanuel Macron.
Je ne l’avais jamais vu de près, mais il parle bien, sans notes préparées par d’autres. Il dit des choses qui réchauffent le coeur et surtout, il a une qualité pour moi … il a (encore) les yeux qui brillent. Gauche ou Droite, quand on est Entrepreneur, on a dépassé les clivages. Je ne suis dupe de rien. L’important est le bonhomme, ce qu’il a dans le ventre et ce qu’il comprend et semble vouloir faire. Espérons que celui là pourra faire quelque chose … MAIS VITE !!!

Je n’adhère, bien sûr, pas à tout. (TICKET, aux Labellisations à la pole de compétitivité …). Par contre, tenter au niveau institutionnel, le bridge entre la France et les US, c’est bien.
Je n’adhère pas à essayer de faire venir à droite ou revenir à gauche les gens … l’important est que l’on TRAVAILLE ENSEMBLE, où que l’on soit. Si j’avais un conseil : ARRETEZ LE CLIVAGE en opposant les cultures. (il ne l’a pas fait, mais je l’ai entendu). Arrêtez de penser faire venir de l’investisseur US en France. C’est une nouvelle forme de colonialisme et en aucun cas, cela ne fera grossir le business. Les Américains ne doivent pas être à notre immatériel ce que les Qataris sont à nos fleurons matériels. Laissons les gens là où ils sont, mais pitié … TRAVAILLONS ENSEMBLE.

Et presque comme une réponse

Je tombe par « hasard » sur cette vidéo. Echo parfait à la soirée d’hier.


Et oui, hier, on a parlé de la dédramatisation de l’échec, de la suspicion de la réussite … obligatoire dans un pays où hériter est mieux vu que la vente de son Entreprise, alors que c’est l’inverse dans tous les autres pays « civilisés » du monde.

Mais ce qui m’intéresse ici, c’est plutôt le : INVEST IN YOU FIRST.
N’espère pas que les autres vont trouver ce que tu n’as pas su chercher toi même.
Ne laisse personne te faire abandonner tes rêves, d’accord, mais à condition d’avoir les bons. Donc CONNAIS TOI, TOI MEME. Sinon, ce sont les rêves des autres que tu vas poursuivre toute ta vie. Et toute ta vie, tu risques d’être plongé dans les regrets du passé et les espoirs d’une vie meilleurs dès que … dès que tu auras levé des fonds, dès que tu auras recruté, dès que tu auras un client, dès que le CA sera passé, dès que tu auras fait ton exit, dès qu’il fera plus beau, plus chaud …

Chemin-de-vie-bisEntreprendre, ce n’est pas une destination, c’est un chemin ami !

« Invest in you », crois en toi, crois en ton équipe, en tes amis, en ta famille.  Et n’oublie pas pourquoi tu entreprends. Devenir riche ou être connu est une envie. On entreprend pas par envie, mais par BESOIN.

 

Publicités

Commentaires»

1. Le loup - juin 26, 2015

J’aime bien « le monde codifié » sur le de la vision sans intérêt à court terme de bien trop de personnes. Qu’elles soient bien habillées ou pas elles ont les même défauts.

jmplanche - juin 26, 2015

En 2000, j’avais été tiré du monde des bisounours par les infirmières qui manifestaient pour une petite revalirisation de leur condition … à juste titre. J’avais trouvé indécent le décalage entre cette société civile et « les startups », dont je voyais certains, à peine sortis de l’école m’expliquer qu’ils « valaient » 100 MF, sur une base d’une pauvre idée et d’un pauvre-point. (pauvrepoint, l’autre nom de powerpoint)
Là, même si nous sommes dans un autre cycle, je n’ai pu m’empêcher de penser en boucle que nous pourrions utiliser tous ces talents, ces moyens, cet argent d’une façon bien différente, tournés vers d’autres buts. Et le même malaise que celui de 2000 m’habite depuis.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :